Comment ?

Le Moment des Philosophes propose d’amener la philosophie en dehors de son écrin académique habituel, pour la pratiquer avec des enfants, adolescents ou adultes intéressés.

En s’appuyant sur les objectifs de développement des habilités de pensée telles que définies par Matthew Lipman, nous offrons un cadre d’échange pour philosopher ensemble. Ce cadre peut se construire de plusieurs manières et partir de différentes amorces à la discussion, mais s’articule toujours autour des propos des participants, proposant un accompagnement et d’éventuels ajouts de contenu (issu d’autres penseurs que nous) à la réflexion, de manière à rendre celle-ci rigoureuse et critique. Cela se fait par le travail des animatrices, qui questionnent pour faire avancer la discussion et sortir des préjugés, aident à la reformulation des propos et accompagnent dans la création de liens entre les idées, veillant ainsi à la qualité des échanges, tant au niveau formel qu’à celui du contenu.

Poles

Le Moment des Philosophes fonctionne avec des pôles d'activité. Chaque pôle représente une approche possible du dialogue philosophique, ou un type de mise en activité permettant de s'initier au questionnement philosophique. Ces pôles ne sont pas hermétiques, mais peuvent être combinés suivant les contextes, le public, et les mandats.

Rando-philo

Brico-philo

Scéno-philo

Ludo-philo

Logo-philo

Texto-philo

Où ?

Nous nous déplaçons pour intervenir dans des structures (scolaires, culturelles, publiques...), principalement sur la Côte vaudoise. Nous pouvons par exemple animer des ateliers lors d’événements culturels, dans des musées, cinémas, théâtres, ou intervenir dans des espaces publics comme les bibliothèques, maisons de quartier, centres d’activité, etc. Il est aussi possible d’intervenir dans des cadres scolaires, ainsi que dans des structures d’accueil de jour.

Nous pouvons intervenir de manière ponctuelle, ou mettre en place des ateliers sur plusieurs séances avec un même groupe.

Combien ?

Le but du projet n’est pas de faire du profit, mais de partager cette activité avec des enfants de milieux divers. Ainsi, nous proposons de fonctionner sous une formule de « prix juste » qui est discutable et adaptable entre les mandatés et les mandataires, selon les ressources et besoins des deux parties.

Nous précisons tout de même que par souci de pérennité du projet, les frais de matériel et de déplacement sont facturés selon le mandat, et c’est la rémunération des animatrices qui est discutée sous le modèle du « prix juste ».

« Aucune de ces habiletés à elle seule ni leurs composants ne sont spécifiquement philosophiques; la philosophie apparaît quand ces habiletés sont utilisées correctement au service d’une recherche réflexive. Les habiletés utilisées dans le métier de philosophe peuvent donc s’enseigner. Quant à savoir si l’art de philosopher peut l’être (à l’école primaire ou secondaire), c’est un autre problème. Peut-être que ce qu’on peut faire de mieux c’est de mettre les élèves dans des situations qui les invitent à avoir un comportement philosophique. »
Matthew Lipman, A l'école de la pensée, Ed. de boeck, 2011, p.150.

« Philosopher c’est une tentative d’articuler, dans le mouvement et l’unité d’une pensée impliquée dans un rapport à la vérité, sur des questions et des notions fondamentales pour l’élucidation de notre condition, des processus de problématisation, d’affirmation et de question, de conceptualisation de notions et de distinctions conceptuelles, d’argumentation rationnelles de thèses et d’objections. »Michel Tozzi